Articles Tagués ‘K’Naan’

Tout mélomane averti suivant un minimum l’actualité musicale sait que la réalisation d’un album-fusion, au confluent d’un ou plusieurs genres musicaux, n’est pas chose aisée. A vrai dire ils sont même rarement convaincants. Autant dire que lorsque Nas annonce qu’il enregistrera un disque entier avec Damian Marley, monstre sacré du reggae, le scepticisme est de rigueur. D’autres avant lui se sont essayés au mélange de genres le temps d’un album ( Notamment Jay-Z auteur de deux albums avec R. Kelly et d’un autre avec les rockeurs de Linkin Park) avec plus ou moins de bonheur et sans forcement en sortir grandis. Les craintes sont donc fondées surtout que Nas ne fait plus autant l’unanimité depuis la sortie de Hip Hop Is Dead et que la polémique autour de son dernier solo en date Nigger ne l’a pas nécessairement servi. De son côté Damian Marley n’a plus rien sorti depuis son excellent Welcome To Jamrock et reste tout de même sur trois années de silence discographique quand l’enregistrement de Distant Relatives est amorcé. On se prend tout de même à espérer que l’ensemble de l’album sera de la qualité de leur seule collaboration d’alors, le brillant Road To Zion extrait justement de Welcome To Jamrock. Dans la foulée on apprend que la thématique générale de l’album sera l’Afrique et que ses bénéfices iront à une association caritative. Pas de quoi rendre moins dubitatif tant il est facile de penser qu’on aura affaire à un disque bâclé, enregistré à la va-vite et tablant sur son aspect « c’est-pour-la-bonne-cause » pour s’assurer une présence médiatique. Le doute est donc de mise lorsque arrive le premier single de ce qui devait être originellement un EP et qui s’est vu mué en album au fil des sessions. As We Enter met direct une grosse claque dès les premières écoutes. On se laisse sans peine séduire par ce titre aux accents reaggae/hip-hop et par les performances plus qu’honorables des deux intervenants. Le sample de Mulatu Atsatke fait mouche et donne une dimension supplémentaire à ce titre. Une mise en bouche comme on en rêverait pour tous les disques. Strong Will Continue lui succède dans les bacs avec autant de brio.S’il n’est pas nécessairement du goût des amateurs de boombap, il s’avère être un pur moment de communion musicale et a le mérite de donner le ton de l’album. Même l’annonce de la guest list (sur laquelle on retrouve tout de même Lil Wayne, Joss Stone, deux noms loin de faire l’unanimité, ainsi que K’Naan, Dennis Brown et  le frère de Damian, Stephen) ne vient pas entamé la confiance autour de ce projet qui devient alors l’un des plus attendus de l’année. Subrepticement les titres vont commencer à fuir sur la toile  au point que neuf titres sur treize seront disponibles avant la sortie officielle.

Pour faire simple disons tout de go que le pari est plus que réussi. Si la principale difficulté était de garder une certaine cohésion des deux backgrounds, les deux auteurs ont pris le parti de privilégier la diversité musicale. Plutôt que d’avoir à un disque mi-hip-hop, mi-reggae  on voyage aux confins de la world music tout au long de cet album. Bien entendu tous ceux qui rêvaient d’un disque plus orienté hip-hop risque d’être très déçus, mais passé cet a priori c’est un véritable bijou musical, serti de titres aussi brillants les uns que les autres. On ne sait à quoi accorder sa préférence tant  les morceaux de qualité sont légion sur ce disque où il n’y a rien à jeter. L’alchimie entre Nas et Damian est plus que parfaite et s’avère diablement efficace au fil des écoutes. Même les rares invités se mettent au diapason et rendent de très bonnes copies. Lil Wayne fait plaisir à entendre sur My Generation en oubliant l’autotune aux vestiaires (il devrait d’ailleurs s’en inspirer plus souvent) sur un instru reggae punchy rehaussé par un bon refrain de Joss Stone. Dennis Brown se met au diapason sur le sublime Land Of Promise, tandis que les deux apparitions de K’Naan apportent une réelle plus-value. Stephen Marley s’illustre également sur Leaders et In His Own Words, titres produits pas ses soins. Si Damian assure l’essentiel des productions les trois contributions de son frère s’avèrent excellentes. Mieux il réalise le braquos avec l’excellentissime Patience. Plus que les différentes performances de Nas et Damian, le sample de voix de Mariam Doumbia donne toute sa dimension à ce titre qui sent bon l’Afrique et ses grands ensembles. Un son qui parasite direct le cerveau et que même une cure de daubes commerciales ne parvient pas à faire disparaitre.
L’Afrique étant au centre des lyrics de cet album, il  n’est donc pas surprenant de constater que la couleur musicale soit innervée de constantes références à la musique de ce continent. Outre Patience, on retrouve des chants tribaux rappelant  l’Afrique du Sud sur Dispear et une intro qui transporte directement sans décalage horaire en Afrique centrale pour le brillant Friends. Si le message véhiculé par nos deux compères sombre parfois dans la naïveté voire par moments dans l’utopie pour quiconque vit sur le continent noir (bon là c’est ma sensibilité d’Africain vivant en Afrique et n’en étant jamais parti qui parle), il convient tout de même de saluer l’effort ainsi que la variété des thèmes abordés. On navigue entre interrogations philosophico-religieuses ( Patience, In His Own Words…), appels à la fraternité (Friends), évocations des conditions de vie sur le continent (Count Your Blessings) et regards sur l’avenir par le biais de diverses exhortations. Conscient sans être chiant, homogène sans sombrer dans le répétitif, l’ensemble s’avère des plus séduisants, même s’il s’agit de thématiques récurrentes pour ceux qui écoutent souvent du reggae. Mais vous l’aurez compris c’est plutôt du côté de la musicalité qu’il faut chercher l’originalité, et cet album est loin d’en manquer. Si certains titres apparaissent un ton légèrement en dessous (Dispear en est l’exemple le plus éloquent, In His Own Words aussi) les  autres sont de très bonne qualité. Parmi les hauts faits du disque figurent la tuerie incandescente Nah Mean, les excellents Tribes At War et Africa Must Wake Up ainsi que le déjà cité Land Of Promise.

Indubitablement une des meilleures sorties de l’année tous genres musicaux confondus. Un exemple de crossover plus que réussi qui séduit sans peine et ravira tous les auditeurs aux goûts éclectiques. Trop tôt pour être élevé au rang de classique mais lorsqu’il s’agira d’évoquer les collaborations reggae/hip-hop, il y a fort à parier que ces projet de treize titres sera souvent cité. L’avenir nous fixera sur son statut discographique mais pour l’heure c’est tout simplement un excellent album.

18,5/20

Publicités

Sortie: 10 Novembre 2009

Label: AllIDo/Interscope

Producteurs: Mark Ronson, Cool & Dre, The Neptunes, Dave Sitek, Best Kept Secret, Syience, DJ Green Lantern, The Sleepwalkers, Deijon, JuJu

Dans la famille newcomers je demande Wale. Encore inconnu il y a quelques années, ce digne héritier de la scène go-go (pour ceux qui l’ignorent c’est un courant musical dérivé de la funk et propre à Washington DC, ville d’où est originaire Wale), a fait ses armes au plan local avant de connaitre le succès avec son street-single W.A.L.E.D.A.N.C.E. Un titre qui lui servira de carte de visite et le fera entrer de façon fracassante dans le milieu. Vanté dans la prestigieuse colonne de The Source: Unsigned Hype, il rencontrera par la suite Mark Ronson qui le prendra sous son aile en le faisant signer sur son label AllIDo distribué par Interscope, en dépit des appels du pied de Roc Nation qui se consolera avec J.Cole. Le reste de son buzz il le fera via des tapes de qualité mais aussi avec un featuring surprenant avec la provocatrice Lady GaGa. Ce titre Chillin, produit par les Cool & Dre sera d’ailleurs son premier single mais ne manquera pas de susciter quelques interrogations quant au contenu du futur album. Entouré d’un des producteurs les plus prisés de la pop (Mark Ronson a produit notamment pour Amy Winehouse, pour ne citer qu’elle) et dans le giron d’Interscope, Wale allait-il vendre son âme au diable? Ce single dont l’efficacité n’est plus à démontrer n’est-il qu’un moment d’égarement  ou alors un résumé du contenu de l’album? Toutes les hypothèses sont alors envisagées, et on craint fort de ne le voir finir comme d’autres talentueux débutants n’ayant jamais pu sortir un LP en major ou ayant réalisé un disque totalement impersonnel et au final décevant. Le deuxième single World Tour est un peu plus rassurant. Si le duo Cool & Dre est toujours aux manettes, Jazmine Sullivan s’invite au refrain avec brio. Si le titre reste bon, il laisse augurer d’un album plus que mainstream. Pas de quoi rendre moins sceptique. Le troisième extrait Pretty Girls séduit par ses influences go-go et s’avère plus que brillant en dépit de la présence quelque peu dispensable de Gucci Mane qui s’en sort plutôt bien malgré tout. Produit par les inconnus Best Kept Secret (c’est ce qui s’appelle bien porter son nom), cette réunion d’originaires de Washington s’avère très convaincante. De quoi rassurer un minimum en attendant la sortie de l’album.
Premier constat lors des premières écoutes, la fraicheur et l’éclectisme apportés par cet album. Le disque est très varié mais contrairement à ce qu’on pourrait hâtivement penser, il n’a rien de racoleur. C’est même ce qui fait sa force. Wale fait montre d’une dextérité microphonique hors du commun. A l’aise sur tous les instrumentaux, il séduit par son phrasé toujours impeccable rappelant vaguement celui de Kanye West avec cependant d’avantage de fluidité et de maitrise. Il y a beaucoup d’invités certes mais cela ne nuit en rien à la cohérence de l’ensemble qui n’est que faussement disparate. En effet en dehors de Chillin et de la production léguée par les Neptunes (le surprenant et enjoué Let It Loose) le reste de l’album est dans la même veine avec instrumentations sonnant parfois un peu live. Autre dénominateur commun les refrains chantés sont légions, ce qui justifie la présence de nombreux chanteurs sur cet album. Toutes choses qui ne seront pas forcement du goût de tous mais qui a son côté séduisant. L’influence go-go se fait ressentir notamment lors des collaborations avec ses voisins producteurs de Best Kept Secret. Outre l’efficace Pretty Girls ils livrent trois autres titres de qualité. Tout d’abord le cuivré Mama Told Me à la couleur musicale séduisante avec son sample  du Summer Madness de Kool & The Gang. Ils signent ensuite la co-production (JuJu leur prêtant main forte pour l’occasion)  du soulful Shades sublimé par la voix de Chrisette Michelle et concluent l’album avec un Prescription sublime suintant la soul. Les amateurs de rap laid-back y trouveront largement leur compte.
Pour le reste l’album est un pur moment d’éclate musicale. On aurait pu croire que son mentor Mark Ronson se taillerait la part du lion au niveau des productions. Il n’en est cependant rien. Il se met en retrait, se contentant de signer un seul titre plus deux autres en co-production. Bun B vient faire monter la température sur l’efficace Mirrors avec une prestation de haute volée.Mark joint ensuite ses forces avec Deijon pour pondre le calme et aérien 90210. Sa dernière intervention le verra s’associer avec le tout aussi célèbre DJ Green Lantern pour un Beautiful Bliss qui réunit deux autres rookies signés eux chez Roc Nation: J.Cole et Melanie Fiona. Une autre collaboration plus que réussie où la voix savoureuse de la canadienne se marie parfaitement avec celles des deux rappeurs. Au vu de tous ces arguments, on se dit qu’il a bien fait d’ouvrir son album en annonçant son Triumph tout aussi go-go mais rappelant un petit peu l’afro-beat (rappelons que Wale est d’origine nigérianne) et réalisé de main de maitre par Dave Sitek. Ce dernier remettra le couvert avec l’excellent TV In The Radio clairement influencé par l’afro-beat. Dur de rester insensible à ces cuivres tout comme à la prestation de K’Naan. Les sons restants sont l’œuvre de Syience qui sample Rihanna pour le refrain de Contemplate. Le rendu est si parfait qu’on a le sentiment d’entendre un featuring. Étrangement ce sample est le bienvenu et s’avère plutôt convaincant mais ne sera pas du goût des réfractaires à la voix de notre échappée de club sado-masochiste. Marsha Ambrosius signe le braquage de l’album avec sa merveilleuse interprétation sur le sublime et émotif Diary, de quoi faire regretter qu’elle ne sorte toujours pas d’album. Cette production signée The Sleepwalkers sample à bon escient La Valse d’Amélie de Yann Tiersen (ceux qui ont vu Amélie Poulain reconnaitront direct) et s’avère être le meilleur titre de ce disque plus que mélodique. C’est justement le seul reproche qu’on pourrait faire à cet album. S’il est un quasi-sans-faute au niveau instrumental, on aurait été en droit d’espérer quelques titres plus péchus, plus agressifs et disons le plus streets. Ceux qui espéraient un disque plus « racaille » seront forcement déçus et le trouveront sans grand intérêt voir un peu fleur bleue sur les bords. Autre bémol l’album a beau être homogène et agréable à écouter, on aurait espérer un peu plus de risques au niveau des invités. Si on ne s’en tient qu’à la seule lecture des crédits, on ne peut pas dire qu’il attire l’écoute. C’est un peu trop consensuel. Mais mises à part ces quelques réserves c’est un disque à découvrir absolument quand on aime la musique en général. Maintenant pour ceux pour qui le rap se résume à brailler énergiquement dans un micro sur un instrumental puant le caniveau, c’est sans intérêt. Bon album sympa. Plutôt que de travestir le rap en allant chercher des sonorités électro-pop et dance les acteurs du mouvement gagneraient à s’inspirer de ce disque qui prouve qu’on peut encore faire du bon mainstream en s’inspirant de la soul et de ses dérivées. Un premier effort plus qu’encourageant.
16/20
Tracklist
# Title Producer(s) Length
1. « Triumph » Dave Sitek 2:25
2. « Mama Told Me » Best Kept Secret 3:37
3. « Mirrors » (feat. Bun B) Mark Ronson 4:17
4. « Pretty Girls » (feat. Gucci Mane & Weensey of Backyard Band) Best Kept Secret 4:11
5. « World Tour » (feat. Jazmine Sullivan) Cool & Dre 3:47
6. « Let It Loose » (feat. Pharrell) The Neptunes 4:49
7. « 90210 » Mark Ronson, Deijon 3:21
8. « Shades » (feat. Chrisette Michele) Best Kept Secret, JuJu 3:56
9. « Chillin » (feat. Lady Gaga) Cool & Dre 3:24
10. « TV in the Radio » (feat. K’naan) Dave Sitek 3:20
11. « Contemplate » Syience 3:33
12. « Diary » (feat. Marsha Ambrosius) The Sleepwalkers 4:31
13. « Beautiful Bliss » (feat. Melanie Fiona & J. Cole) DJ Green Lantern, Mark Ronson 5:04
14. « Prescription » Best Kept Secret 3:27
iTunes bonus tracks
# Title Producer(s) Length
15. « My Sweetie » Apple Juice Kid 3:37
16. « Center of Attention » J.U.S.T.I.C.E. League 3:56