Articles Tagués ‘Joss Stone’

Tout mélomane averti suivant un minimum l’actualité musicale sait que la réalisation d’un album-fusion, au confluent d’un ou plusieurs genres musicaux, n’est pas chose aisée. A vrai dire ils sont même rarement convaincants. Autant dire que lorsque Nas annonce qu’il enregistrera un disque entier avec Damian Marley, monstre sacré du reggae, le scepticisme est de rigueur. D’autres avant lui se sont essayés au mélange de genres le temps d’un album ( Notamment Jay-Z auteur de deux albums avec R. Kelly et d’un autre avec les rockeurs de Linkin Park) avec plus ou moins de bonheur et sans forcement en sortir grandis. Les craintes sont donc fondées surtout que Nas ne fait plus autant l’unanimité depuis la sortie de Hip Hop Is Dead et que la polémique autour de son dernier solo en date Nigger ne l’a pas nécessairement servi. De son côté Damian Marley n’a plus rien sorti depuis son excellent Welcome To Jamrock et reste tout de même sur trois années de silence discographique quand l’enregistrement de Distant Relatives est amorcé. On se prend tout de même à espérer que l’ensemble de l’album sera de la qualité de leur seule collaboration d’alors, le brillant Road To Zion extrait justement de Welcome To Jamrock. Dans la foulée on apprend que la thématique générale de l’album sera l’Afrique et que ses bénéfices iront à une association caritative. Pas de quoi rendre moins dubitatif tant il est facile de penser qu’on aura affaire à un disque bâclé, enregistré à la va-vite et tablant sur son aspect « c’est-pour-la-bonne-cause » pour s’assurer une présence médiatique. Le doute est donc de mise lorsque arrive le premier single de ce qui devait être originellement un EP et qui s’est vu mué en album au fil des sessions. As We Enter met direct une grosse claque dès les premières écoutes. On se laisse sans peine séduire par ce titre aux accents reaggae/hip-hop et par les performances plus qu’honorables des deux intervenants. Le sample de Mulatu Atsatke fait mouche et donne une dimension supplémentaire à ce titre. Une mise en bouche comme on en rêverait pour tous les disques. Strong Will Continue lui succède dans les bacs avec autant de brio.S’il n’est pas nécessairement du goût des amateurs de boombap, il s’avère être un pur moment de communion musicale et a le mérite de donner le ton de l’album. Même l’annonce de la guest list (sur laquelle on retrouve tout de même Lil Wayne, Joss Stone, deux noms loin de faire l’unanimité, ainsi que K’Naan, Dennis Brown et  le frère de Damian, Stephen) ne vient pas entamé la confiance autour de ce projet qui devient alors l’un des plus attendus de l’année. Subrepticement les titres vont commencer à fuir sur la toile  au point que neuf titres sur treize seront disponibles avant la sortie officielle.

Pour faire simple disons tout de go que le pari est plus que réussi. Si la principale difficulté était de garder une certaine cohésion des deux backgrounds, les deux auteurs ont pris le parti de privilégier la diversité musicale. Plutôt que d’avoir à un disque mi-hip-hop, mi-reggae  on voyage aux confins de la world music tout au long de cet album. Bien entendu tous ceux qui rêvaient d’un disque plus orienté hip-hop risque d’être très déçus, mais passé cet a priori c’est un véritable bijou musical, serti de titres aussi brillants les uns que les autres. On ne sait à quoi accorder sa préférence tant  les morceaux de qualité sont légion sur ce disque où il n’y a rien à jeter. L’alchimie entre Nas et Damian est plus que parfaite et s’avère diablement efficace au fil des écoutes. Même les rares invités se mettent au diapason et rendent de très bonnes copies. Lil Wayne fait plaisir à entendre sur My Generation en oubliant l’autotune aux vestiaires (il devrait d’ailleurs s’en inspirer plus souvent) sur un instru reggae punchy rehaussé par un bon refrain de Joss Stone. Dennis Brown se met au diapason sur le sublime Land Of Promise, tandis que les deux apparitions de K’Naan apportent une réelle plus-value. Stephen Marley s’illustre également sur Leaders et In His Own Words, titres produits pas ses soins. Si Damian assure l’essentiel des productions les trois contributions de son frère s’avèrent excellentes. Mieux il réalise le braquos avec l’excellentissime Patience. Plus que les différentes performances de Nas et Damian, le sample de voix de Mariam Doumbia donne toute sa dimension à ce titre qui sent bon l’Afrique et ses grands ensembles. Un son qui parasite direct le cerveau et que même une cure de daubes commerciales ne parvient pas à faire disparaitre.
L’Afrique étant au centre des lyrics de cet album, il  n’est donc pas surprenant de constater que la couleur musicale soit innervée de constantes références à la musique de ce continent. Outre Patience, on retrouve des chants tribaux rappelant  l’Afrique du Sud sur Dispear et une intro qui transporte directement sans décalage horaire en Afrique centrale pour le brillant Friends. Si le message véhiculé par nos deux compères sombre parfois dans la naïveté voire par moments dans l’utopie pour quiconque vit sur le continent noir (bon là c’est ma sensibilité d’Africain vivant en Afrique et n’en étant jamais parti qui parle), il convient tout de même de saluer l’effort ainsi que la variété des thèmes abordés. On navigue entre interrogations philosophico-religieuses ( Patience, In His Own Words…), appels à la fraternité (Friends), évocations des conditions de vie sur le continent (Count Your Blessings) et regards sur l’avenir par le biais de diverses exhortations. Conscient sans être chiant, homogène sans sombrer dans le répétitif, l’ensemble s’avère des plus séduisants, même s’il s’agit de thématiques récurrentes pour ceux qui écoutent souvent du reggae. Mais vous l’aurez compris c’est plutôt du côté de la musicalité qu’il faut chercher l’originalité, et cet album est loin d’en manquer. Si certains titres apparaissent un ton légèrement en dessous (Dispear en est l’exemple le plus éloquent, In His Own Words aussi) les  autres sont de très bonne qualité. Parmi les hauts faits du disque figurent la tuerie incandescente Nah Mean, les excellents Tribes At War et Africa Must Wake Up ainsi que le déjà cité Land Of Promise.

Indubitablement une des meilleures sorties de l’année tous genres musicaux confondus. Un exemple de crossover plus que réussi qui séduit sans peine et ravira tous les auditeurs aux goûts éclectiques. Trop tôt pour être élevé au rang de classique mais lorsqu’il s’agira d’évoquer les collaborations reggae/hip-hop, il y a fort à parier que ces projet de treize titres sera souvent cité. L’avenir nous fixera sur son statut discographique mais pour l’heure c’est tout simplement un excellent album.

18,5/20